• de l'art, des farceurs, et des pigeons.

             1. le pigeon est un petit morceau de bois ou de métal qu'on place dans un des onglets du cadre d'un tableau pour le renforcer. (Larousse)

          2. le pigeon désigne une dupe, un homme qu'on attire dans une affaire pour le dépouiller, le tromper.     

     

    Des nouvelles pas si nouvelles, mais toujours extraordinaires, du marché de l'art, glanées sur le web.

    MOSCOU, (AFP) - Un homme d'affaires russe a offert à l'Etat russe un "Carré noir" de Malevitch 1914 acquis pour un million de dollars américains, ce qui en fait le tableau le plus cher jamais vendu en Russie, selon le ministre russe de la Culture.

    L' idéal serait évidemment de le réunir sur un même mur avec  le carré blanc sur fond blanc   du même artiste.

     

     l'art, et son marché, suite.

     

     l'art, et son marché, suite.

    " Le suprématisme, fondé par Kazimir Malevitch, est un courant qui participe au mouvement plus large de l'Avant-garde russe en nous plongeant dans une abstraction absolue. C’est une peinture libérée de toute représentation. Dans une recherche de sensibilité picturale pure, la couleur n’est travaillée que pour elle-même. En adaptant la philosophie nihiliste russe à l'art il rejette la peinture qui existait jusqu'alors et entame une recherche à partir de rien, comme si l'art n'avait jamais existé.
    Il veut faire une peinture qui ne soit que pure sensation, pure sensibilité picturale. C’est dans cet esprit de recherche de pureté en tant que telle, qu'il la dépouille de tout ce qui n’est pas son essence même, afin de pouvoir exprimer et ressentir ce qu’elle est pleinement. Il y a une volonté de vivre la peinture pour ce qu’elle est et rien d’autre." (clic)

     

    Anecdote racontée par André Comte Sponville (Du corps )

             A Beaubourg, visite guidée de l'exposition Malevitch. Je demande au conférencier, d'ailleurs compétent et sympathique " trouvez-vous cela beau ?" Il me répond "ce n'est pas le problème."

    Le même jour, avec les mêmes, devant le très fameux et très plat Carré blanc sur fond blanc. Il paraît que c'est génial et héroïque. L'une des visiteuses interrompt le conférencier "ne croyez-vous pas qu'un point blanc sur fond blanc aurait été encore plus fort, encore plus génial ? "Le conférencier très animé : si, tout à fait, vous avez raison ! Mais vous savez, même les plus grands génies, même les plus courageux, il  a un moment où, seuls, face à eux-mêmes, face à leur propre audace, ils hésitent, puis reculent. Malevitch c'est ça, le point blanc sur fond blanc, il n'a pas osé !!!

     

    Plus de pureté encore, quoique certains le trouvent un peu chargé, ce Monochrome bleu sans titre, (pigment pur et résine synthétique sur toile marouflée sur panneau de 74 x 35.5 cm.) de Yves Klein s'est envolé en 2015  chez Christie' s pour 1,665,500 d'euros, une broutille comparée aux  77,6 millions d'euros pour l'Orange, Red, Yellow, de Mark Rothko   

     l'art, et son marché, suite.

    pour les amoureux de pureté, il existe aussi la musique sans musique, telle la célèbre 4'33'' de John Cage

    « En composant un morceau qui ne contiendrait aucun son, je craignais de donner l’impression de faire une blague, voyez vous. En fait, j’ai travaillé plus longtemps à mon morceau “silencieux” qu’à aucun autre. J’y ai travaillé quatre ans… »  (John Cage )

     

     

    Pourtant, bien avant Malevitch, notre Alphonse Allais national annonçait déjà la couleur, en quelque sorte, en proposant son tableau : Première communion de jeunes filles chlorotiques par temps de neige ainsi que la partition d'une Marche funèbre composée pour les funérailles d'un grand homme sourd ( parce que les grandes douleurs sont muettes)

     

     l'art, et son marché, suite.

     l'art, et son marché, suite.

            Plus fort encore, dans la série farces et attrapes,  la  Danse de Saint-Guy (1922), de Picabia :     une"peinture  transparente", sans toile ni matière picturale, réduite à son seul encadrement.

         mon opinion personnelle, exprimée sans mot :

             "                                                                             !!!! "

     

     

     

    du passé faisons table rase :  le rien d'avant l'art

     de l'art, des farceurs, et des pigeons.

    au fait... si on a déjà un carré blanc et un carré noir, et qu'on ne sait vraiment pas quoi faire d'un million de dollars ? on peut, ( mais  non, pas acquérir un footballeur, ne rêvons pas, quand même ), on pourrait offrir une IRM à un hôpital, ou assurer la survie pendant un an de 4000 enfants menacés de malnutrition (chiffres  : action contre la faim)

     

     

    « Jeannela ville »
    Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    12
    Mercredi 23 Août à 11:02

    Un billet qui donne le sourire... Personnellement je ne comprends pas que ces tableaux noirs ou blancs  puissent avoir une telle renommée et atteindre de tels prix...  Certains diront que je n'ai pas la bonne sensibilité pour percevoir le talent et le travail de l'artiste ;-)

     

    11
    Mercredi 23 Août à 10:31

    J'aime beaucoup ta page...

    Ce serait trop long à expliquer, mais tu vois, je visite rarement les musées d'art moderne, parce que je ne m'y retrouve pas vraiment.

    Pourtant, je sais que les artistes qui se prêtent à ce que j'appelle un "foutage de gueule" ont sans doute raison. C'est ainsi qu'ils deviennent célèbres.

    Alors que beaucoup avaient un talent fou, et que leurs premiers tableaux sont des merveilles qui me parlent davantage.

    Je n'ai aucune émotion devant un cadre blanc.

    il faut croire qu'il y a des gens qui ont de l'argent à jeter par la fenêtre, et aucune humanité.

    10
    Mardi 22 Août à 01:52
    celestine

    Ah...les Inconnus...inimitables !

             (¯`v´¯) 
           (¯`::´¯)  
        ...(_.^._)*•.¸¸.•*`*•.¸¸

    9
    Lundi 21 Août à 16:03

    Tout à la valeur que l'on veut bien lui prêter. sarcastic 

    8
    Lundi 21 Août à 12:32

    Passionnant et plein d'humour ce billet. Ton opinion personnelle reflète la mienne à la virgule près !!! Te souviens-tu de la pièce de Yasmina Reza que tu m'avais conseillée de regarder à ce sujet? Un grand souvenir!

    7
    coco
    Lundi 21 Août à 11:49

    Très bon!

    6
    Lundi 21 Août à 09:16

    Je trouve que ton propos est d'une limpidité .... d'une limpidité, mais alors, limpide. Que crois-tu qu'Alexandre ASTIER ferait de ce sujet s'il s'en emparait ?

    5
    Lundi 21 Août à 09:07
    eMmA MessanA

    Un grand bravo pour ce billet d'humeur absolument désopilant et délirant, qui m'a fait bien rire (pour ne pas en pleurer, car vraiment, de qui se moque-t-on ?).

    Si d'aventure quelqu'un passait et ne savait, en effet, pas quoi faire de sa fortune, il peut nous aider ici : http://www.emmacollages.com/2017/08/on-en-redemande-nouveau-financement-solidaire-pour-apres-school.html

    Mais en fait, point n'est besoin de tant de millions pour nous aider...

    Belle journée,

    eMmA

     

    4
    Lundi 21 Août à 08:41

    Je partage l'avis de Chinou...

    Belle journée Emma

    3
    Lundi 21 Août à 07:36

    Je  suis pour l'humour de l'art

    d'Alphonse Allais... 

    2
    Lundi 21 Août à 07:24
    Si ces artistes sont heureux avec leur art, si les acheteurs sont satisfaits d'avoir dépensé, si les collectionneurs sont fiers de ces acquisitions, alors tant mieux pour eux. Pour ma part je ne les suivrai pas dans ce délire.
    1
    Lundi 21 Août à 07:00

    Y en a qui font du lard avec leur art en peinture... que dire, en rire ou pleurer, je préfère encore en sourire, merci Emma wink2

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :