• où commence l'imposture ?

     

     

     

    - Alors, dit l'amie devant les barbouilles, moi, je connais un vrai peintre…

                                                  

                                                         
    -  c'est quoi un "vrai" peintre ? demande barbouille, déconfite, bien que ne s'étant jamais prise pour un peintre, vrai ou faux.

    où commence l'imposture ?

     

    - quelqu'un qui sort des beaux arts ?

     

    où commence l'imposture ?

     

    - ou quelqu'un qui vend beaucoup et très cher ?

     

    où commence l'imposture ?

     

    - C'est quelqu'un, dit la dame, qui  pose son chevalet dans la nature

     

     

    où commence l'imposture ?

     

    ah !

    Nous en conclurons donc qu'Utrillo,  qui s'inspirait de cartes postales, n'est pas un vrai peintre.

     les peintres qui travaillent en atelier ne sont pas de vrais peintres,

    donc, au final,  seul le paysage est de la VRAIE peinture

     

    où commence l'imposture ?

     

    Néanmoins, l'imposture existe.

    Ne parlons pas de ceux qui vous vendent de grosses blagues  pour de l'art.

    Ne parlons pas des faussaires, qui sont souvent aussi talentueux que les plagiés, mais on sait bien qu'on achète une signature avant tout.

    L’œuvre elle même est secondaire.

    Ne parlons même pas des peintres du dimanche qui copient à tout vat, parfois fort joliment,

    ce sont des artisans, parfaitement légitimes.

     

    Parlons de barbouille justement, qui n'a pas posé depuis longtemps  son pliant dans la nature, et déployé son chevalet sous l’œil indiscret des passants importuns, tout simplement parce que

    le paysage, elle sait pas faire.

    Mais elle ne copie jamais de tableau !

     

    où commence l'imposture ?

     

    Alors où est l'imposture ?

    Elle est d'accepter des compliments pour un portrait assez joli quoique sans style, alors que c'est le modèle lui même qu'il faudrait complimenter !

    Encore qu'il n'y soit pas pour grand chose si  la nature l'a si bien réussi !

    où commence l'imposture ?

     

     

    « marché de l'art, suiteinterlude (petit hommage à Magritte) »
    Partager via Gmail Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    9
    Lundi 29 Avril à 19:52

    Je refuse de définir,

    pour moi est art ce que j'ai envie d'appeler art, de ce que je produis sans talent, ou de ce que j'apprécie sans savoir le pourquoi du comment, ce que j'aime, ce qui m'émeut et parfois ce que je déteste.

    Quant à la valeur marchande ... Pftt  et Berk !

    8
    Lundi 29 Avril à 07:12
    Pastellle

    J'aime bien les questions que tu poses, et qui peuvent aussi être transposées aillleurs... 

    7
    Vendredi 19 Avril à 09:06

    J'aime beaucoup ce dialogue, bien que je ne sais toujours pas ce que c'est que l'art, imposture ou pas.

    J'aime quand un tableau, une image, me parle... même si l'auteur n'est pas connu, même si c'est un barbouilleur du dimanche.

    Une photo dite ratée peut me sembler bien meilleure que d'autres qui seraient salués par tous les "pros"... je suis d'accord quand on me parle d'émotion.

    L'art est-il subjectivité ?

    6
    Dimanche 14 Avril à 20:14

    Je crois que peu importe le sujet de la barbouille, il faut être heureux de faire ce que l'on fait, c'est le plus important à mon sens. Bises alpines.

    5
    Vendredi 12 Avril à 18:15
    Edmée De Xhavée

    J'ai une amie qui donne des cours de dessin et peinture à des enfants et des adultes. Pour les adultes, elle leur fait d'abord copier des tableaux qu'ils aiment. On a ri un jour à l'idée qu'en fait... elle formait des faussaires. Mais c'est dommage de croire qu'il y a des "vrais" et des faux. Il me semble que ceux qui ont du plaisir à faire leurs "barbouillages" sont vrais, qu'ils aient un talent stupéfiant ou pas. On aime ou on n'aime pas et ce n'est pas un critère universel. Il peut y avoir plein de défauts techniques, mais être magnifique, ou parfaitement fait et pourtant il y a un petit quelque chose qui...

     

    C'est comme l'écriture.

     

    Mais trop souvent "les gens" (les autres) associent Vrai avec "qui fait de l'argent". Et là... ils se plantent :)

    4
    la vieille marmotte
    Jeudi 11 Avril à 13:17

    Bonjour Emma,

     Si le Tableau est dans l’œil du Regardeur, où est l’imposture ?

    3
    Jeudi 11 Avril à 09:52

    Le vrai peintre est celui qui suscite de l'émotion, que ce soit un paysage, un portrait, ou une abstraction et tout le reste n'est que bavardage dans
    le vide, chose pour laquelle "l'amie" semble  très douée:)

    2
    Jeudi 11 Avril à 09:34
    eMmA MessanA

    Dès lors que le résultat a offert de l'émotion, la "mission" est accomplie, que celle-ci s'appelle art ou pas...

    1
    Jeudi 11 Avril à 09:32

    Alors Emma, nous sommes diamétralement opposées puisque je ne peints que sur site, dans la nature, dans les villes ou villages . Pendant ce temps  tu fais éclater ta créativité  sur la toile et çà, j'en suis incapable. étant dépourvue de cet atout majeur, j'ai toujours besoin du support visuel. Alors sois heureuse d'être le peintre que tu es, que tu n'es pas ou que tu aimerais être car l'essentiel est de prendre son pied avec le pinceau et de vivre pleinement la passion qui nous anime.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :