• marché de l'art, suite

     

     

    marché de l'art, suite

     

     

    marché de l'art, suite

     

     

    Quand on parle d’art aujourd’hui, il s'agit des "beaux-arts".

     

    L'art est l'organisation d'impressions sensorielles qui exprime la sensibilité de l'artiste et communique à son public un sens des valeurs qui peut changer leur vie. (clic)

     

    Wikipédia : L’art est une activité, le produit de cette activité ou l'idée que l'on s'en fait s'adressant délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l'intellect. On peut affirmer que l'art est le propre de l'humain ou de toute autre conscience, en tant que découlant d'une intention, et que cette activité n'a pas de fonction pratique définie.

    On considère le terme « art » par opposition à la nature "conçue comme puissance produisant sans réflexion", et à la science "conçue comme pure connaissance indépendante des applications "

     

    Donc une activité "inutile" destinée à promouvoir la vie intérieure d'un créateur qui a  l'espoir de rencontrer celle de ses frères humains ? et dont le prix devrait être celui du désir qu'on en a ?

     

    OR

     

    David Hockney ne touchera pas un centime de la vente de ce tableau, qu’il avait vendu pour la première fois en 1972 pour 20 000 dollars (moins de 18 000 euros).

     

    Le marché de l'art n'a plus grand-chose à voir, ni avec le talent de l'artiste, ni avec le beau, concept actuellement ringard, ni même l'intéressant, ou le dérangeant, mais énormément avec la finance.

     

    "on" leur dit que c'est beau, alors ils le croient (de peur de paraître incultes), "on" leur dit que c'est rare, alors ils se battent pour l'obtenir…

     

    Nous sommes l'animal qui a inventé le "storytelling" .(Y Harari)

     

    Il suffirait qu'un prophète de bon sens décille les yeux des investisseurs :

    réveillez-vous : ne voyez-vous pas que le roi est nu ?

    qu'un carré noir ou blanc ne vaut pas tripette, pour que s'effondre cette construction aberrante, comme lorsque les détenteurs des titres de Law ont cessé de croire dans des bouts de papier et se sont mis à réclamer leurs lingots  ?

     

    Nous sommes l'animal qui a inventé le "storytelling"

     

    ci dessous, d'après interview  à Télérama de Y Harari (sapiens, CLIC)

     

    le succès de sapiens sur les autres espèces d'hominidés s'explique par sa capacité à tisser des mythes communs qui ont  permis d'imaginer des choses et de les construire collectivement.

    Toutes les grandes réalisations humaines, de la construction des pyramides à la conquête de la Lune, sont nées de coopérations à grande échelle et s'enracinent dans des histoires, des mythologies : Dieu et le paradis, l'argent, la nation ou la justice... Aucune de ces choses n'a d'existence objective. Ni les Nations unies ni les droits de l'homme ne sont des faits biologiques, ils ne sont pas inscrits dans notre ADN. Il s'agit d' « histoires que nous avons inventées et qui nous permettent de cimen­ter notre ordre social, tout comme les sorciers « primitifs » le faisaient en croyant aux esprits. De même que les « sorciers » d'aujourd'hui croient sincèrement à la toute-puissance de l'argent et à l'existence des sociétés anonymes à responsabilité limitée.

    le mythe du « consumérisme » romantique, selon lequel il suffit d'acheter quelque chose pour résoudre ses problèmes, est sans doute l'un des plus puissants qu'Homo sapiens ait jamais inventé. De plus en plus d'humains croient en cette histoire basique. Cela peut être une nouvelle voiture, un cours de yoga, une place de cinéma, mais c'est toujours quelque chose que vous consommez…

     

    « des nouvelles de Vincent, Paul et les autres...5 par jour »
    Partager via Gmail Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    7
    Mercredi 28 Novembre à 11:50
    Il y a quelque chose d'indecent dans ce marché de l'art. Autrefois les peintres mouraient de faim, on est tombé d'une extrémité dans l'autre.. et il y a des gens qui dorment dehors... écoeurant...
    6
    Mercredi 21 Novembre à 10:01

    J'avoue que la nouvelle m'a laissée pantoise.

    Le monde de cet art qu'on marchande est complètement fou.

    Par contre... j'avoue qu'il m'est arrivé de m'acheter quelque chose d'inutile quand j'allais vraiment très mal... Mais jamais à ce prix. :)

    Passe une douce journée.

    5
    Lundi 19 Novembre à 07:43

    "Avida  dollaz"  le géniall  anagramme de Salvador Dali...

    4
    Samedi 17 Novembre à 18:52

    Qu'est ce que t'as pour 80 millions de Dollars ?  Le droit de continuer à peindre et à vendre pour penser à aider ceux qui en ont besoin !

    3
    Samedi 17 Novembre à 17:47

    Et si ce n'était que dans le domaine de l'art! Il y a tant de choses complètement inutiles pour lesquelles sont dépensées des fortunes qui pourraient être utilisées pour le bienêtre de la communauté.

    2
    Samedi 17 Novembre à 17:03

    Et quand on sait que nombre d’œuvres d'art achetées de millions dorment dans des coffre-forts et ne voient jamais le jour. C'est triste quand même. Bises alpines et beau dimanche.

    1
    Samedi 17 Novembre à 16:01

    Que penser de l'art à ce prix-là Emma................. !!!! Ne pas acheter voilà tout, mais le richard s'en fout !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :